Marie Laure Fouché

Avocat en construction et copropriété

Qu’est ce qu’un référé ? (II)

Qu’est ce qu’un référé ? (II)Abordons désormais le troisième cas de figure du référé que j’évoquais dans ma note précédente. 

Il s’agit du cas dans lequel une personne ou une société souhaite obtenir le paiement d’une somme d’argent ou l’exécution d’une obligation de faire.

C’est, et de loin, la forme de référé que je pratique le plus souvent. En effet, elle est particulièrement adaptée au cas, très fréquent, de factures ou prestations impayées.

Pour obtenir un tel paiement, il suffit de démontrer au juge que l’obligation dont on demande l’exécution (donc, le paiement de la dette) n’est pas sérieusement contestable, cette notion de contestation sérieuse ayant été définie dans le billet précédent. En bref, il faut prouver qu’Untel vous doit de l’argent et ce de façon évidente.

Cela peut aussi bien se faire au tribunal d’instance, de grande instance ou de commerce (pour les créances nées entre commerçants ou sociétés commerciales). Dans le cas où la somme est inférieure à 4000 Euros, c’est le Juge de Proximité qui est compétent.

Quel est l’intérêt d’une telle procédure ? Eh bien, c’est qu’il s’agit d’un référé, qui en tant que tel présente un avantage particulier, celui d’avoir un effet immédiat.

Je m’explique. Afin d’obtenir le recouvrement d’une créance, il existe une procédure spécifique dite d’injonction de payer. Cette dernière présente toutefois un (petit) avantage et un (grave) inconvénient.

L’avantage, c’est qu’elle se fait sans la présence de l’adversaire. Le juge, qui n’entend en conséquence qu’une seule version des faits, peut être plus facile à convaincre.

Mais, précisément puisque la procédure d’injonction de payer ne nécessite pas la présence de l’adversaire, elle prévoit, pour respecter le principe du contradictoire, que celui-ci puisse faire valoir son point de vue a posteriori. Le défendeur, et c’est l’inconvénient, peut s’opposer immédiatement au paiement demandé en portant l’affaire devant le Tribunal compétent, étant précisé que l’huissier qui signifie l’injonction de payer a l’obligation de lui dire qu’il dispose de la possibilité de faire opposition.

Par conséquent, il est très rare qu’une injonction de payer se résolve immédiatement par le paiement des sommes réclamées. Le débiteur, très logiquement s’il veut faire traîner l’affaire, n’a qu’à former opposition pour obtenir de facto un délai.

En revanche, si l’on opte pour la voie du référé, certes, l’adversaire est présent lors de l’audience, et il peut faire valoir son point de vue.

Si votre dossier est bien ficelé, le juge vous donnera raison et rendra une ordonnance condamnant le défendeur à vous régler les sommes demandées.

Et là, il lui sera très difficile d’échapper au paiement. C’est là que réside le grand avantage duréféré provision. En effet, même s’il fait appel, il doit payer, l’ordonnance de référé étant exécutoire par provision, c’est-à-dire immédiatement.

Le défendeur peut aussi intenter une action au fond (dont le résultat sera définitif, contrairement au caractère provisoire de la décision de référé). Toutefois, si le juge de référé a estimé qu’il était totalement évident qu’il vous devait les sommes demandées, il est peu probable que le juge du fond décide différemment.

Ainsi, l’avantage du référé est que la décision obtenue, malgré son caractère « provisoire », a des effets immédiats et efficaces.

Dès lors, en matière de référé provision, (comme souvent) le plus important est de présenter au juge un dossier solide de nature à emporter sa conviction.

Concrètement, cela veut dire qu’il faut pouvoir justifier d’un contrat, d’une reconnaissance de dette, d’un devis accepté… L’important est de prouver que l’adversaire s’est engagé à verser les sommes dues. Ainsi, si on demande le règlement de factures, il faut établir qu’on a bien réalisé les prestations donnant lieu à paiement, et fournir les factures en question.

Si le créancier peut rapporter la preuve de l’existence de l’obligation de payer, il a de bonnes chances d’obtenir une issue favorable.

Enfin, il y a un aspect qu’il ne faut pas négliger. Une fois obtenue une décision favorable, il faut pouvoir l’exécuter, c’est-à-dire récupérer les sommes dues par le débiteur.

En prévision de cet aspect essentiel du dossier (car la plus belle décision du monde ne sert à rien si on ne peut l’exécuter), il convient d’apporter tous éléments de nature à faciliter l’exécution de la décision : les coordonnées bancaires du débiteur, son adresse, sa date de naissance si c’est une personne physique, son numéro de RCS si c’est une société…

Si l’ensemble de ces éléments est rapporté, il est généralement possible d’obtenir le règlement des sommes dues dans un délai raisonnable.

4 Comments

  1. Bonjour,
    Une expertise judiciaire pour déterminer les malfaçons d’un toit a été demandée par le juge des référés, suite à une assignation de l’entreprise et de la décennale. Le rapport de l’expert a été remis le 15 février 2017 et demande une réfection totale du toit. L’avocate des plaignants vient de demander à la partie adverse d’envisager un protocole transactionnel sur la base de ce rapport qui chiffre les préjudices des plaignants. Une expertise judiciaire pour déterminer les malfaçons d’un toit a été demandée par le juge des référés, suite à une assignation de l’entreprise et de la décennale. Le rapport de l’expert a été remis le 15 février 2017 et demande une réfection totale du toit. L’avocate des plaignants vient de demander à la partie adverse d’envisager un protocole transactionnel sur la base de ce rapport qui chiffre les préjudices des plaignants. Dans l’hypothèse inverse, elle envisage de l’assigner devant le TGI au fond. Le juge des référés n’intervient -il pas dans ce protocole transactionnel ? Ne lui revient-il de rendre une ordonnance au vu du rapport remis par l’expert ? Merci d’avance.

  2. J’ai fait changé le moteur de mon véhicule suite à une casse de la courroie de distribution, chez un garagiste me fournissant un moteur en échange standard de 0km. Mais suite à cette réparation, des voyants moteur s’allume, perte de puissance,etc…j’ai alors contacté le garagiste sans réponse au départ puis me conseille de faire appel à ma protection juridique pour effectuer une expertise.Ce que j’ai fait: sa responsabilité a été prouvée, n’a pas fait une programmation moteur + mauvais montage de la boite de vitesse entrainant une fuite. D’après le rapport il nous doit la somme du devis effectué lors de l’expertise mais celui-ci ne répond pas aux courriers de l’expert ni de la protection juridique, ni aux appels. La prochaine étape est l’assignation. Que peut-il se passer s’il ne donne aucun signe de vie?peut-on faire effectuer les réparations avant même qu’il nous les rembourse?combien de temps cela peut durer? Merci d’avance!

  3. Bonjour
    peut on utiliser le réfèrè pour le cas de locataire qui ne paie pas son loyer
    et sous loue alors que ce n est pas prévu au bail par écrit
    refuse de donner les documents prouvant l entretien annuel obligatoire de la chaudière qui lui incombe et qui nous refuse tout accès facile aux logement par exemple pour des travaux
    ou vaut il mieux utiliser la clause résolutoire prevue au bail et le commandement de payer par huissier (
    ceci après avoir déjà tenté la résolution à l amiable ?
    faut il se constituer un dossier solide avant de débuter cette procédure

    • Marie Laure Fouché

      22 février 2016 at 09:37

      S’il ne paie pas son loyer, oui, absolument, après avoir fait un commandement de payer resté sans effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

*